Actualités

Agenda des évènements

Réseaux sociaux Léo 1944

Facebook

Il y a 2 jours

Léo 1944

LES AMÉRICAINS
« Les Américains sont là ! »

Léo – Dimanche 16 juillet 1944

❝À travers les lames des volets en bois, une silhouette se distingue, se faufilant dans la rue. Puis une deuxième juste derrière. En file indienne, casque sur la tête, les yeux scrutant les fenêtres derrière lesquelles pourraient être cachés d’éventuels tireurs : les Américains sont là ! Le dos courbé, le fusil armé prêt à tirer, ils rasent les murs pour ne pas être vus. Ils semblent guetter le moindre mouvement ennemi.
Tout le monde s’est tu quand Papa a collé son index sur sa bouche en fronçant les sourcils, nous enjoignant de ne plus faire aucun bruit. Nous nous sommes tous regardés dans ce moment d’effroi : l'heure est donc venue, après les bombardements dévastateurs, commencent les combats de rue.
Par réflexe, Mamie a mis la main devant sa bouche en écarquillant les yeux. Maman a serré Théo qui dormait dans ses bras à ce moment-là, remontant la laine sur sa tête. Nos hôtes ont pris leurs deux chats dans les bras et ont fait asseoir leurs quatre enfants sur la banquette où je me trouvais déjà.
Et nous sommes restés là, à attendre. Cela a duré de longues minutes, dans le silence le plus complet.
Puis Papa s’est rapproché de la fenêtre à plusieurs reprises, mais plus personne en vue. « Des soldats en éclaireurs, ils vont revenir » a-t-il finalement lâché. Il s’est mis à déchirer un vieux drap blanc qu’il a accroché au manche d’une fourche : « au prochain passage, je l’agiterai pour leur signaler qu’ici il y a des civils, faudrait mieux que tout le monde descende à la cave, c’est plus prudent ». Nous nous sommes exécutés. Papa est resté en haut avec Georges, le propriétaire de la maison.❞
_______________________________________________

👩🏫 Le 11 juillet 1944, c’est le début de l’offensive décisive des Américains pour le contrôle de Saint-Lô. La 2e DI attaque à l’Est la colline 192 tenue par les parachutistes allemands. Les 29e et 35e au Nord Est et au Nord. Le 12 juillet, la 2e Division occupe la cote 192. Cette victoire fait l’objet de commentaires dans la presse alliée : « Les troupes du général Bradley se sont emparées d’une colline dominant la région, à six kilomètres à l’est de Saint-Lô. Elles ne sont plus qu’à cinq kilomètres de la ville. […] La prise de la ville est imminente ». Mais il faudra encore attendre. Le 14 juillet 1944, les Américains facilitent la célébration de la fête Nationale à Cherbourg, le défilé des troupes alliées et des anciens combattants. La première organisée depuis quatre ans sans les Allemands. Américains, Anglais et Français défilent. La foule danse jusqu'au bout de la nuit. Une vaste opération de communication avec l'objectif de soigner le moral de leurs troupes et leur image auprès des Français. Mais pourtant, non loin de là, les combats font rage. Le 15 juillet 1944, les Allemands tiennent toujours les hauteurs au nord de Saint-Lô. La 29e DI US, soutenue par la 2e, avance à l’Est et au Nord-Est.
J. Kayser écrit : "On est à moins de deux miles de Saint-Lô... mais ce ne sera pas pour aujourd’hui..."Le 16 juillet, les Américains contrôlent enfin les reliefs et se trouvent désormais dans les faubourgs de la ville.

▶️ La Maison de l’Histoire de la Manche - Archives départementales de la Manche vous en dit plus ici sur la Libération de Saint-Lô : www.archives-manche.fr/Histoire-et-documents/p1826/La-guerre-des-haies-et-la-prise-de-Saint-Lo-27...
_____________________________________________

🖼️ Illustrations : Archives départementales de la Manche (13Num)
... En voir plusEn voir moins

Voir sur Facebook

Il y a 1 semaine

Léo 1944

L’ORDRE D'ÉVACUATION
« L’évacuation générale de Saint-Lô est ordonnée. »

Léo – Dimanche 9 juillet 1944

❝Le bruit s’est répandu hier comme une traînée de poudre parmi les derniers habitants de Saint-Lô. La visite des Allemands aujourd’hui, revolver à la main, en a été la confirmation : l’évacuation générale de Saint-Lô est ordonnée et elle est effective ce soir. Plus aucun Français ne doit rester dans l’aire de combat. Ceux qui resteront sont menacés d’être fusillés.
Cet ordre a entraîné le départ d’une nouvelle vague de réfugiés de Saint-Lô et des alentours sur les routes. Ce nouvel exode pour les malades et les cheveux blancs est le début d’un long calvaire. Un conciliabule s’est tenu parmi les habitants de la rue Saint-Georges. Certains ont fait le choix du départ. Nos hôtes, Papa et quelques voisins avec des familles nombreuses ont choisi de désobéir. Quel choix avons-nous avec le petit Théo et Mamie qui n’aura pas la force de subir encore tout ça ? Et pour aller où ?
La cave est un parfait abri. Avec Papa, nous avons fait plusieurs allers-retours pour compléter les provisions que nous avions déjà nombreuses, au cas où. De quoi tenir plusieurs jours s’il le faut. Une croix rouge a été peinte sur la porte et plusieurs fagots de bois ont été déposés devant les fenêtres de la maison en protection.
Il est 6h du soir. On est tous regroupés sur des matelas dans la cave. On dirait que les paroles sont comptées tellement l’ambiance est pesante. Je crois que chacun de nous a peur du lendemain.❞
__________________________________________________

🖼️ Illustration : Dans la rue Saint-Georges, certains habitants saint-lois ont fait le choix de rester malgré tout. Archives départementales de la Manche (13Num 4890)
... En voir plusEn voir moins

Voir sur Facebook
397c2ce94ee34627fb5e508336f1a284DDDDDDDDDDDDDDD