Vendredi 7 juin une cérémonie franco-allemande était organisé au mausolée de Huisnes-sur-Mer.

Le déroulé de la cérémonie

Un chœur de jeunes Allemands puis de jeunes Français ont chanté successivement avant les prises de paroles officielles du Lieutenant-colonel Lazzaro, en français, puis du Président du conseil départemental Marc Lefèvre, traduit en allemand par un professeur.

À l’énoncé de leur nom, les personnalités ont déposé une gerbe, accompagné par un jeune Français et un jeune Allemand. Après la minute de silence les 2 chorales de jeunes Allemands et Français ont déposé des bougies led dans les alvéoles du mausolée avant d’interpréter, chacun leur tour, l’hymne à la joie, dans leur langue maternelle.

Un peu d’histoire sur le mausolée

Unique mausolée allemand en France, le Mausolée du Mont d’Huisnes a été inauguré le 14 septembre 1963.

La configuration du mausolée du Mont de Huisnes est unique, en effet, la nécropole a été aménagée au cœur d’une colline naturelle. Le Volksbund y rassemble les corps de soldats allemands inhumés dans les départements de l’Ille-et-Vilaine, de la Mayenne, du Morbihan, de la Sarthe, du Loir-et-Cher, de l’Indre-et-Loire, de la Vienne et de l’Indre, ainsi que dans les îles anglo-Normandes (à l’exception de Fort George sur Guernesey).

C’est seulement en franchissant le seuil du mausolée que l’on découvre la grande galerie circulaire avec un étage. Chaque niveau comporte 34 cryptes, avec les noms des combattants gravés sur des plaques de bronze. Au total, 11 956 soldats allemands, civils et militaires, hommes, femmes et enfants, reposent dans ce lieu. Du sol engazonné de l’espace intérieur, en son centre exact, surgit une immense croix de pierre. En face de l’entrée, un belvédère permet d’admirer la baie du Mont-Saint-Michel.

Une fosse commune située à l’entrée du cimetière est marquée par une stèle sur laquelle on peut lire : « Hier ruhen in einem gemeinsamen Grabe (…39 Namen…) sowie 58 unbekannte Kriegstote des zweiten Weltkrieges darunter 20 in der Internierung verstorbene Kinder », c’est-à-dire : « Ici reposent dans une fosse commune (…39 noms …) ainsi que 58 morts inconnus de la Seconde Guerre mondiale, dont 20 enfants morts en internement ».

Stèle au cimetière de Huisnes sur mer
Stèle

Des écoliers français reprennet la chanson de Barbara Göttingen

Aujourd’hui, on décrypte cette chanson comme un chant de la réconciliation. D’autant qu’en 2003 le chancelier Helmut Kohl, commémorant le traité d’amitié franco-allemande de 1963, entonna les dernières strophes: «Oh, faites que jamais ne revienne/Le temps du sang et de la haine…».

L’hymne à la joie, l’hymne de l’Europe

 

3d420b6af0be2a2762cb2ec5992899c6@@@@@@